Accueil 2019-04-18T17:50:46+00:00

CABINET DE SARAH BEZENÇON

Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as. Kōan zen.

Les approches/médecines complémentaires

La science ne doit pas devenir un dogme, sa vocation d’origine est d’ouvrir des portes. David Servan-Schreiber

Les approches / médecines complémentaires ont le vent en poupe depuis plusieurs années, si bien qu’elles sont à présent bien implantées en Suisse et dans diverses régions du globe, cohabitant plus ou moins pacifiquement avec la médecine académique. Ainsi, une personne sur trois aurait recours à ce type de soins au moins une fois par année en territoire helvète. C’est dire l’ampleur du phénomène.

A l’origine de cet engouement, une remise en question des diktats de la médecine classique, celle-ci n’étant pas toujours en mesure de répondre de manière satisfaisante aux maladies dites « de civilisation », ces dernières étant bien souvent la résultante directe de notre mode de vie délétère. Par ailleurs, le contexte actuel brandit l’étendard du naturel à toutes les sauces, ce qui peut expliquer en partie le succès rencontré par ces approches ; beaucoup s’appuient en effet sur des pratiques ancestrales importées d’autres cultures et véhiculent allègrement l’idéal d’un homme vivant en harmonie avec son écosystème, dans le respect des lois fondamentales de la nature.

En outre, le besoin de recourir aux médecines complémentaires traduit probablement aussi une volonté de lutter contre le morcellement de l’humain en pièces détachées, corollaire direct d’une médecine hyperspécialisée, dont la technologie soigne de manière mécanique des parties et non un tout, déshumanisant l’individu au passage et le rendant spectateur de son traitement, impuissant face à la machinerie complexe que représente le circuit hospitalier. Il en résulte un profond sentiment de déconnexion chez les patients, déconnexion d’avec le corps médical d’une part, mais également d’avec son propre corps qui, face à la maladie, devient agent de servitude plutôt que de liberté.

Finalement, le recours à des techniques de soins complémentaires peut donc aussi révéler le choix de devenir acteur de sa santé plutôt que de rester passif face aux traitements proposés par un corps médical perçu comme intimidant et tout puissant. En prenant le parti d’envisager l’individu dans sa globalité (d’où l’emploi régulier du terme holistique dans le contexte des médecines complémentaires) et de proposer une prise en charge personnalisée face aux problématiques individuelles, ces approches offrent une réponse au malaise ressenti par un grand nombre de patients. Pour preuve, de plus en plus de professionnels de la santé s’y intéressent et des techniques telles que l’hypnose et la méditation de pleine conscience disposent désormais d’un large panel d’études attestant de leur intérêt dans le cadre d’un système de santé se voulant davantage intégratif.

Approches corps-esprit : hypnose – mindfulness – techniques énergétiques

L’impasse peut devenir le début d’une voie. René Barjavel

Au sein de la multitude de médecines complémentaires existant, mon intérêt s’est très tôt porté sur les approches regroupées sous l’appellation « corps-esprit ». Celles-ci rassemblent une quantité de pratiques d’horizons divers visant à réunifier les différentes strates de l’individu en un tout harmonieux, leur point commun étant qu’elles facilitent un retour à soi et à sa partie inconsciente. Par ailleurs, en reconnectant l’individu à son corps ainsi qu’aux sensations qui le traversent, elles vont favoriser la mise en lumière de certaines problématiques, tout en permettant à la personne de garder une certaine distance émotionnelle (en utilisant par exemple des techniques de dissociation hypnotique), ceci dans le but de les dépasser quand cela est possible ou d’apprendre à vivre avec lorsque cela s’avère nécessaire (dans le cas de certaines douleurs chroniques, par exemple).

Ainsi, l’hypnose d’inspiration ericksonienne, la philosophie de la pleine conscience et les techniques énergétiques des traditions orientales constituent les piliers de ma pratique de psychologue. Si j’ai choisi ces outils, c’est parce qu’ils sont efficaces, agréables à utiliser et qu’ils permettent également de rendre la personne autonome en développant sa capacité à se connecter à ses propres ressources.

Pour finir, toute la beauté de ces pratiques réside dans le fait qu’en les intégrant à notre quotidien, on développe progressivement un nouvel art de vivre, plus serein et conscient, en étant solidement armé pour affronter les difficultés de l’existence.

Indications thérapeutiques

Tant que vous n’aurez pas rendu l’inconscient conscient, il dirigera votre vie et vous appellerez cela le destin. Carl Gustav Jung

Voici une liste non exhaustive des problématiques qui peuvent potentiellement être traitées à l’aide des outils que j’utilise à mon cabinet. À noter qu’en fonction de votre personnalité, de la situation qui pose problème et du contexte dans lequel vous évoluez, je choisirai une approche plutôt qu’une autre, ou alors plusieurs à la fois. L’état d’esprit dans lequel je reçois est synonyme de souplesse et de liberté. En outre, je mets un point d’honneur à vous demander systématiquement si ce que je vous propose correspond à l’idée de ce que vous êtes venu chercher en décidant de me consulter, ceci dans le but de nous faire gagner du temps en évitant de partir dans une direction qui ne vous conviendrait pas. En sachant qu’il n’est pas interdit de changer de chemin en cours de route, si le cœur vous en dit !

« … Et si vous en avez envie, vous pouvez même choisir d’effacer ma voix au profit de votre propre voix intérieure… Afin que celle-ci vous guide sur ce chemin de reconnexion à vous-même… »

Dimension physique :

  • Maladies lourdes
  • Douleurs chroniques
  • Migraines, céphalées de tension
  • Colopathie fonctionnelle (SCI)
  • Vertiges
  • Eczéma, psoriasis
  • D’une manière générale, toute affection qui pourrait avoir une origine psychosomatique, ou dont la composante psychique constituerait un facteur aggravant dans les troubles ressentis

Dimension psychologique :

  • Anxiété, phobies
  • Stress, déprime
  • Dépression
  • Addictions diverses
  • Troubles du comportement alimentaire
  • Prise de décision
  • Deuil
  • Troubles du sommeil (insomnie…)

Dimension spirituelle :

  • Perte de sens
  • Quête de sens
  • Développement personnel

Important : dans certains cas, les consultations relèveront uniquement de soins de support ou de confort et n’auront pas de visée thérapeutique. Par ailleurs, certaines situations réclament une prise en charge pluridisciplinaire. Cela signifie que mes compétences seules ne suffisent pas à vous encadrer dans la résolution de vos difficultés. Face à ce genre de circonstances, je travaille aisément en réseau et échange volontiers (en ayant préalablement obtenu votre consentement éclairé) avec les autres professionnels vous accompagnant.

Soins énergétiques (Reiki et différentes techniques énergétiques issues de traditions diverses)

Bien des choses qui ont l’air menaçantes dans l’obscurité deviennent accueillantes lorsqu’on les éclaire. Iroh, La Légende de Korra

Pratiquante de longue date, je considère le Reiki comme un très bel outil de soin et d’introspection dont la force réside à la fois dans sa simplicité et dans son accessibilité. Ainsi, cette discipline accompagne ma vie quotidienne depuis bientôt une quinzaine d’années et je ne me verrais plus vivre sans.

Qu’est-ce que le Reiki ? 

Le Reiki est une technique de santé, de bien-être et de développement personnel et/ou spirituel (en fonction de la manière dont la personne choisit de vivre sa pratique). Concrètement, il s’agit principalement d’un traitement par imposition des mains, celles-ci servant à transmettre le ki, l’énergie, afin de la faire circuler dans l’organisme pour activer ses facultés d’autoguérison et favoriser un retour à l’homéostasie. Le corps et l’esprit n’étant pas dissociés, le Reiki, de par la profonde relaxation corporelle qu’il induit, est également favorable à l’équilibre psychologique de la personne. Son grand avantage est qu’il peut être pratiqué à la fois sur autrui et sur soi-même, pour qui déciderait de se former. Cet outil permet donc une gestion autonome de son bien-être, en encourageant l’individu à adopter une attitude responsable à l’égard de sa santé.

Soins Reiki :

Je propose des soins Reiki − autrement dit, des « soins énergétiques » − qui se font sur table et durent entre une demi-heure et une heure environ. La personne est confortablement allongée et est invitée à se relaxer et à être présente à ce qui se passe à l’intérieur d’elle-même. Il faut comprendre que le Reiki fait partie des outils que je propose en tant que psychologue, il ne s’agit donc pas juste de passer un moment de détente agréable comme on le ferait dans un spa par exemple, mais bien d’entrer dans un état d’introspection favorable à des prises de conscience salutaires en lien avec la situation en cours. Ce qui n’empêche pas la détente, bien entendu ;). Cependant, les soins Reiki que je propose prennent toujours place dans un contexte plus général, qui est celui de la problématique qui vous a amené à me consulter.

Voici quelques-uns des bienfaits du Reiki, vérifiables d’un point de vue empirique :

  • Diminue le stress, en installant un profond lâcher-prise lors des soins ;
  • Améliore la qualité de vie, de par sa contribution au bien-être général ;
  • Ressource la personne à tous les niveaux, grâce à son effet profondément relaxant ;
  • Libère les émotions refoulées, en débloquant les tensions physiques et psychiques cristallisées dans le corps (les « nœuds » énergétiques) et en rétablissant ainsi une libre circulation de l’énergie vitale dans l’organisme de la personne ;
  • Favorise l’introspection, celle-ci étant facilitée par l’état méditatif qu’il procure ;
  • Réunifie le corps et l’esprit, ce qui a pour effet de renforcer l’attention à soi (en rendant attentif aux signaux corporels, véritables baromètres intérieurs) et la capacité à se recentrer rapidement si nécessaire ;
  • Corollaire des points précités, permet à la personne de « rentrer en amitié » avec elle-même et de vivre davantage dans la bienveillance et l’écoute de ses besoins fondamentaux.

A noter que le Reiki aurait d’autres bienfaits plus spécifiques mais, faute de preuves scientifiques suffisantes, je préfère ne pas les mettre en avant. Néanmoins, il peut être intéressant de les évoquer en filigrane pour les personnes intéressées à connaître ces supposés effets bénéfiques. Par exemple, le site PasseportSanté.net rapporte que selon certaines études (celles-ci étant d’une qualité méthodologique insuffisante, malheureusement), le Reiki pourrait : diminuer les symptômes dépressifs ; améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cancers ; améliorer la mémoire et le comportement des personnes souffrant d’Alzheimer ou d’atteintes cognitives légères ; réduire la douleur ; contribuer à la réadaptation après un accident vasculaire cérébral (AVC). Par ailleurs, selon les différentes sources disponibles sur le Reiki, il est commun de lire que ce dernier permettrait de : renforcer le système immunitaire ; soulager les personnes souffrant de maladies chroniques ; équilibrer le système endocrinien ; favoriser l’élimination des toxines, notamment en stimulant le péristaltisme intestinal et les autres émonctoires ; diminuer la douleur chronique ; améliorer les troubles du sommeil ; etc.

Pour les pratiquants réguliers, il est également fait état d’une augmentation de la créativité et de l’intuition, d’une capacité empathique accrue, d’un sentiment de connexion plus grand avec les autres et l’environnement immédiat, ainsi que de l’émergence de certaines facultés dites « psychiques ». Il est bon de savoir que ces derniers effets sont fréquemment rapportés par les méditants expérimentés, ce qui laisse supposer que le Reiki est bel et bien une pratique méditative avant tout.

Initiation au Reiki (cours de Reiki)

La clé d’une vie passionnante, c’est de faire confiance à l’énergie qui nous habite et de la suivre. Shakti Gawain

Quelques avantages à se faire initier au Reiki :

  • S’initier au Reiki ouvre la voie à une gestion autonome de sa santé, celle-ci étant − rappelons-le − définie comme « […] un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité », selon l’OMS. La personne peut se traiter elle-même (toujours en respectant les limites qu’impose le bon sens, cela va sans dire) et soigner des petits maux du quotidien, pour elle et ses proches ;
  • L’initiation encourage le pratiquant à se responsabiliser face à son propre bien-être. En effet, la personne ne dépend plus d’un praticien extérieur pour prendre le temps de s’octroyer une pause, ceci afin de se mettre à l’écoute de son intériorité ;
  • Le fait d’être initié au Reiki offre une grande flexibilité de pratique. En effet, il est possible de se traiter en tout temps et en tout lieu de manière simple et discrète, en posant les mains sur certaines parties du corps (par exemple, dans les transports publics pour recharger ses batteries, à la pause au bureau pour se ressourcer rapidement, au restaurant après un repas copieux, devant son écran d’ordinateur pour reposer ses yeux quelques instants, avant un examen, pour apaiser rapidement une légère brûlure… La liste n’est pas exhaustive) ;
  • Pouvoir se donner des « autotraitements » de Reiki est plus économique au long cours, à la fois en termes de temps (déplacement chez un praticien) et d’argent (coût de la séance), même s’il peut parfois être utile d’avoir recours à un professionnel de l’accompagnement lors de certaines étapes clés du parcours de vie ;
  • La liberté inhérente au Reiki rend cet outil particulièrement polyvalent et en fait une sorte de « couteau suisse » immédiatement disponible pour la personne formée à cette technique ;
  • Pour finir, sur la base des éléments précédents et au vu de la variété des bienfaits évoqués plus haut, il me semble raisonnable d’avancer que l’initiation au Reiki peut constituer une démarche intéressante et valable en matière de prévention et de promotion de la santé.

Me tenant éloignée de tout dogmatisme, j’ai eu envie de proposer un enseignement du Reiki qui soit dépouillé de tous les ajouts du New Age dont cette pratique fait encore trop souvent les frais. J’aspire en effet à replacer cet « art de guérison » dans son contexte d’origine, soit la culture japonaise, mais sans m’y attacher plus que de raison, car il est essentiel pour moi de ne pas m’enfermer dans un système de pensée rigide. Autrement dit, mon souhait est de transmettre un enseignement du Reiki qui soit rigoureux et qui reste le plus proche possible de son enseignement originel, tout en l’adaptant à nos besoins modernes d’Occidentaux. C’est la raison pour laquelle j’encourage les participants à faire leurs propres expériences en matière d’énergétique, plutôt que de construire leur pratique personnelle sur des croyances sans fondements solides. Il faut savoir qu’il y a beaucoup de vérités et contre-vérités qui circulent sur la pratique du Reiki, avec parfois des affirmations que je juge dangereuses. Or, en tant que professionnelle de la santé, je ne peux pas me permettre d’être assimilée à des pratiques peu sérieuses et douteuses.

Concrètement, cela signifie que j’enseigne un Reiki très simple, axé sur la philosophie de la pleine conscience. Je mets l’accent sur la pratique respiratoire et l’aspect méditatif de la discipline. Je ne pars pas dans des considérations new age et tâche de rester le plus terre-à-terre possible, même si, bien entendu, je suis tout à fait ouverte à échanger sur des considérations plus « métaphysiques ». J’ai pour règle de ne pas alourdir autrui avec mon système de croyances, je fais très attention à laisser la personne décider de ce qui est vrai et juste pour elle, pas pour moi. A mon sens, cela est indispensable lorsque l’on va expérimenter des terrains qui restent encore marginaux et peu étudiés.

Par ailleurs, veuillez noter qu’il est nécessaire d’avoir un entretien informel avec moi avant, ceci pour plusieurs raisons, la première étant qu’il me paraît nécessaire de prendre le temps de faire connaissance et d’évaluer si vous êtes suffisamment stable d’un point de vue psychique pour vous engager dans cette voie (ce qui est le cas la majorité du temps, rassurez-vous). En effet, il est important de ne pas faire n’importe quoi, n’importe comment. Je suis très prudente lorsqu’il s’agit de donner des initiations, car on ne peut jamais prévoir comment la personne va réagir. Cela peut se faire en douceur (la plupart du temps) ou être un peu plus remuant, du fait du travail énergétique mis en place par ce type de pratique. Il convient donc de prendre en compte votre contexte de vie à un moment donné, afin que vous soyez le mieux préparé possible. La deuxième raison est que vous comme moi devons ressentir que le feeling passe entre nous et que chacun se sent suffisamment à l’aise pour partager de manière transparente avec l’autre. A mon sens, cela est nécessaire à des conditions d’apprentissage saines. Dans la mesure du possible, si l’entretien a lieu de visu (ce qui est préférable), je vous propose de découvrir le Reiki en vous faisant directement un soin pour que vous ayez une idée concrète de ce que cela représente.

Désireuse de fournir un enseignement de qualité, je privilégie la transmission en individuel. Toutefois, il est possible de venir accompagné si votre désir est de découvrir le Reiki à deux. Pour le moment, j’enseigne le premier degré (ou niveau) sur deux demi-journées qui se suivent, à fixer selon nos agendas respectifs. J’ai choisi cette formule horaire parce qu’il est bon de laisser passer une nuit, cela permet d’intégrer tranquillement les initiations (qui sont au nombre de quatre pour le premier degré) et l’enseignement qui va avec.

Les cours ont lieu à mon cabinet et le tarif est de 350 CHF. Il comprend les heures passées à enseigner, pas l’initiation en elle-même (je fais référence au rituel énergétique favorisant l’accès à l’énergie, rituel propre à la tradition du Reiki). En effet, il est important pour moi de le souligner, car il y a un vrai business autour de ces initiations Reiki que je ne cautionne pas. A l’issue de la formation, je vous remets un certificat à votre nom et un support de cours.

Par ailleurs, je reste à disposition pour assurer un suivi aussi longtemps que nécessaire, suivi qui n’occasionne bien évidemment aucuns frais supplémentaires. Il est important que chacun puisse se sentir accompagné tout le long du processus.

Important : mes cours ne sont pas agréés ASCA. Si vous êtes un professionnel de la santé et que vous prévoyez de proposer des soins reiki à vos patients, cela signifie qu’ils ne seront pas directement remboursés par les assurances. Cependant, il est rare que les thérapeutes ASCA enregistrent le Reiki comme discipline thérapeutique principale. Cela n’est d’ailleurs actuellement possible que pour les médecins, les infirmières et les naturopathes.

Note : en principe, les initiations sont suspendues jusqu’à parution prochaine de mon livre, celui-ci constituant désormais mon manuel d’enseignement. Néanmoins, si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à me contacter tout de même, il est possible de s’arranger autrement.

Livre Le guide du Reiki moderne

En cours de préparation et bientôt disponible, Le guide du Reiki moderne, un ouvrage didactique sur les arts énergétiques et sur le Reiki en particulier.

Ce livre regroupe toutes les connaissances que j’ai accumulées sur la pratique du Reiki et son fonctionnement. Il constitue également la base de mon enseignement du Reiki. Je l’ai pensé simple et avec beaucoup d’exercices pratiques, afin que le lecteur puisse découvrir les bases du travail avec l’énergie en autodidacte. Mon but en l’écrivant était de démystifier cette discipline et de la replacer dans le contexte plus général des arts énergétiques. En effet, il faut savoir que le Reiki tel qu’il est enseigné en Occident est une discipline très récente qui date d’à peine un siècle. Cependant, les arts énergétiques dans leur ensemble sont bien plus anciens et proviennent de différentes cultures, notamment des cultures chinoise et indienne. Ces dernières proposent des modèles très similaires en termes d’anatomie subtile et de principes fondateurs (même s’il faut noter que leurs postulats divergent sur certains points mineurs), ceux-ci étant les garants d’une pratique énergétique adéquate et sécuritaire. Ainsi, il est bon de savoir que la méthode Reiki est clairement influencée par ces courants faisant autorité dans le domaine et que par conséquent, les outils qu’elle propose s’appuient directement sur les fondamentaux propres à ces deux cultures en particulier.

Approches corps-esprit et autonomisation de l’individu

Si on donne un poisson à un homme, on le nourrit pour la journée. Mais si on lui apprend à pêcher, on le nourrit pour la vie. Lao Tseu

Mon objectif est de favoriser l’autonomie des personnes qui me consultent en leur transmettant des outils simples qu’elles pourront ensuite utiliser dans leur vie quotidienne ; ceci afin de les guider vers une gestion la plus autonome possible de leur santé psychique et physique – ces deux dimensions étant intimement liées.

J’ai toujours été convaincue de l’importance de savoir se reposer sur ses propres ressources, car c’est à mon sens le socle sur lequel se construit notre liberté intérieure. Ainsi, c’est en nourrissant nos forces et en composant avec nos faiblesses que l’on fait grandir notre sentiment de sécurité face aux difficultés de la vie quotidienne. Cela suppose un regard objectif sur soi-même et celui-ci est justement favorisé par les outils d’introspection que je propose. C’est aussi un encouragement à se responsabiliser par rapport à son propre bien-être, à devenir acteur de sa santé et à ne pas remettre son pouvoir personnel (j’entends par là ses capacités de discernement et de recul) entre les mains de quelqu’un d’autre.

Bien évidemment, il s’agit de respecter les limites qu’impose le bon sens, en sachant que les outils que je propose ne sont pas une panacée mais constituent une aide pour se prendre en charge de manière intelligente et saine. Aussi, je vous encourage à consulter tout professionnel de santé que vous jugerez adéquat à vos problématiques en cours.

Thérapies brèves

La blessure est l’endroit par lequel la lumière entre en vous. Rûmî

Les approches avec lesquelles je travaille permettent d’offrir un accompagnement ponctuel dans des contextes précis. Cela signifie que vous devriez constater une amélioration de votre situation en un nombre relativement restreint de séances. Néanmoins, il m’est impossible de prédire à l’avance le temps qu’il vous faudra pour résoudre votre problématique de départ, car cela dépend d’une multitude de facteurs, tels que votre engagement personnel, ma capacité à cerner au mieux votre problème et à cibler l’approche qui conviendra le mieux à sa résolution, notre capacité à collaborer efficacement, etc.

Pour les mêmes raisons, il m’est également impossible de vous garantir la réussite de votre démarche, et cela est d’ailleurs valable lors de n’importe quelle démarche thérapeutique.

Cependant, je tâche de m’assurer de certaines conditions nécessaires au bon déroulement de nos séances lors de votre première prise de contact, ceci afin d’éviter de vous faire perdre du temps et de l’argent. Par ailleurs, si aucun changement n’est ressenti au bout de 3 séances, il pourrait être nécessaire de repenser notre collaboration et, le cas échéant, de prendre les mesures qui s’imposent (réévaluer ensemble vos objectifs ou aller consulter un autre professionnel de la santé, tel qu’un psychothérapeute ou un psychiatre, par exemple).

Positionnement thérapeutique – Plaidoyer pour une psychologie « intégrative »

Mets les mots à leur place, à la tienne ils te placent. Sagesse arabe

Faisant encore trop souvent le grand écart entre deux paradigmes de santé qui cheminent en parallèle sans toutefois oser franchement se croiser (même si de belles améliorations ont vu le jour ces dernières années), il me paraît important d’expliciter mon positionnement en tant que professionnelle de la psychologie qui a choisi de placer les médecines complémentaires au centre de sa pratique privée, notamment du fait de mon recours assumé aux techniques énergétiques tels que le Reiki et autres systèmes de soins (Qi Gong, magnétisme, etc.) basés sur ce concept encore exotique sous nos latitudes « d’énergie vitale ».

En effet, en tant que psychologue, j’ai été formée selon les standards académiques en vigueur dans les universités. Cela signifie que ma formation de base se réclame du système de santé officiel et qu’elle répond aux exigences de ce dernier. Or, les professions de la santé obéissent à des règles strictes en matière d’efficience des prestations fournies, ce qui est évidemment une excellente chose.

Cependant, il en va différemment dans le cadre des médecines complémentaires. En effet, même si certains organismes comme l’ASCA ou le RME veillent à instaurer une déontologie professionnelle chez les thérapeutes agréés et contrôlent la qualité des formations dispensées dans ce domaine, force est de reconnaître qu’une bonne partie des approches complémentaires sont toujours considérées de manière railleuse par la médecine officielle ; à tort ou à raison d’ailleurs, telle n’est pas la question.

Le fait est que je me situe à cheval entre deux systèmes de santé, l’un officiel et institutionnalisé, l’autre toléré mais néanmoins marginal, et que cela reste parfois délicat de me positionner entre l’un et l’autre, surtout vu l’odeur de soufre qui entoure certains praticiens de l’énergétique. Cependant, j’ai choisi d’avoir ouvertement recours à ces pratiques, d’une part parce qu’elles me passionnent et, d’autre part, parce que j’ai été témoin de leur efficacité dans de nombreux cas (y compris sur moi-même). Ces approches constituent un étonnant moyen de se reconnecter avec son être intérieur et il serait dommage de ne pas y avoir recours sous prétexte qu’elles ne répondent pas aux critères exigés par la science.

En définitive, mon avis est que tout paradigme nous offre un contexte pour réfléchir, structurer notre pensée et notre pratique, d’autant plus que cela s’avère sécurisant d’avoir un cadre connu auquel se référer. Mais, à mon sens, il arrive un moment où il faut être capable de se distancer dudit cadre, fut-il officiel ou scientifique, afin d’élargir notre regard sur d’autres systèmes de soins, d’autres manières de faire, d’autres conceptions de la santé et de la maladie. Sinon, notre regard en vient à se figer et le cadre dans lequel on évolue habituellement se transforme en prison, devenant ainsi un frein à la découverte.

C’est la raison pour laquelle j’ai fait le choix d’explorer d’autres horizons thérapeutiques et que je tiens à rester totalement libre dans ma manière de concevoir l’humain, ne me revendiquant d’aucune école de pensée, cultivant un état d’esprit d’ouverture et de curiosité à l’égard de techniques provenant d’autres cultures, même si celles-ci ne sont pas (encore) étayées sur le plan scientifique.

L’essentiel de ma pratique repose donc sur la complémentarité des approches et sur une pratique de la psychologie qui se veut intégrative.

Déontologie

Au-delà du bien faire et du mal faire existe un espace. C’est là que je te rencontrerai… Rûmî

En tant que psychologue affiliée à la Fédération Suisse des Psychologues (FSP), principale association professionnelle des psychologues et psychothérapeutes de Suisse, je m’engage à respecter le code de déontologie en vigueur dans la profession, ainsi que les exigences établies permettant de garantir la qualité de mes prestations. Concrètement, cela signifie notamment que :

  • Je suis soumise au secret professionnel, conformément à la LPsy (loi sur les professions de la psychologie)
  • Je m’engage à exercer mon activité avec diligence et conscience professionnelle en respectant les limites des compétences que j’ai acquises dans le cadre de ma formation de base et de mes formations complémentaires
  • Je suis tenue de mettre régulièrement à jour mes connaissances, notamment par le biais de formations continues
  • Je m’engage à participer régulièrement à des intervisions, supervisions, etc.

Par ailleurs, je travaille en réseau avec plusieurs professionnels de la santé et me réserve le droit de vous orienter vers l’un d’eux si j’estime que votre demande dépasse le champ de mes compétences.

Déroulement d’une séance

Je viens à toi sans moi, viens à moi sans toi. Rûmî

Une séance-type se construit toujours en deux temps. En effet, quelle que soit l’approche utilisée, s’il s’agit d’une première rencontre, la séance débute par une anamnèse poussée afin de comprendre précisément les motifs de votre consultation. C’est le moment où l’on prend le temps de faire connaissance et d’explorer votre demande. En général, les personnes viennent avec une requête spécifique en ayant déjà une idée de l’approche nécessaire à l’atteinte de leur objectif (exemple classique : hypnose pour arrêt du tabac). Cependant, il peut arriver que la personne ressente un besoin de consulter sans réussir à poser des mots sur ses maux. Cela n’est pas un obstacle dans la mesure où mon travail consiste à permettre au client de mettre en lumière ce qui a besoin de l’être, afin de l’aider à clarifier la problématique qui l’a amené à consulter. Dans tous les cas, je vous expose avec transparence la stratégie qui me semble la plus adaptée à votre problème sur la base des éléments qui seront apparus lors de notre discussion et nous décidons ensuite ensemble des objectifs à atteindre au cours de notre collaboration. S’il ne s’agit pas d’une première consultation, la séance débute toujours par un état des lieux de votre situation puis se poursuit en fonction des objectifs définis et/ou de nouveaux éléments à prendre en considération.

Durée d’une séance

Le temps est ce qui se fait, et même ce qui fait que tout se fait. Henri Bergson

Les approches que j’utilise étant des clés qui favorisent l’intériorisation, j’aime laisser au temps le temps de prendre son temps. 🙂 C’est la raison pour laquelle il est important de prévoir une plage horaire suffisante quand vous venez à une consultation, au cas où nous aurions besoin d’un peu plus de temps pour que les choses soient faites correctement. Ainsi, la tarification des séances ne varie pas, quelle que soit leur durée. En principe, les séances durent en moyenne 1h30.

Assurances

La sécurité est avant tout une superstition. Elle n’existe pas dans la nature, et aucun enfant des hommes n’en a jamais fait l’expérience. Helen Keller

En tant que psychologue FSP, je suis reprise par plusieurs assurances complémentaires. Dans certains cas, celles-ci demandent une ordonnance du médecin traitant pour reprendre mes prestations. Merci de vous renseigner auprès de votre assurance complémentaire afin de savoir quelles sont les modalités allouées par celle-ci.

Tarifs

Gardez les mains ouvertes, tout le sable du désert passera entre vos mains. Fermez-les et vous n’obtiendrez que quelques grains. Dicton zen

140 CHF la séance.

Le paiement s’effectue en principe par argent comptant à la fin de la séance. Dans le cas où vous seriez dans une situation financière précaire (chômage, aide sociale, étudiant, retraité, etc.), il m’est possible de faire un geste (diminution du coût de la séance, arrangement de paiement).

En cas de désistement, prière de vous annoncer 24h à l’avance ou la séance vous sera facturée (sauf impondérable, bien évidemment).

Qui suis-je ?

À l’origine de toute connaissance, nous rencontrons la curiosité ! Elle est une condition essentielle du progrès. Alexandra David-Néel

Titulaire d’un Master en psychologie de la santé, j’ai eu l’occasion d’étudier les différents enjeux des interactions entre soignants et soignés tout au long de ma formation universitaire. A ce titre, je me suis particulièrement attachée à évaluer les divers aspects touchant à la maladie physique, notamment ses conséquences sur la qualité de vie des patients, ainsi qu’aux moyens permettant d’améliorer celle-ci.

Pour cette raison, j’ai choisi d’axer ma recherche de fin d’études sur la question du recours aux approches complémentaires par les personnes souffrant de cancer. Cette thématique m’ayant passionnée de longs mois, j’ai pu me faire une idée relativement précise des apports et limites de l’emploi desdites approches dans le cadre de maladies lourdes.

A titre personnel, cela fait de nombreuses années que j’explore les techniques mentionnées sur ce site, guidée par ma passion et ma soif de découvertes. En toile de fond de toutes ces investigations, la conscience et ses multiples facettes. En effet, du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours cherché à appréhender la nature profonde de l’esprit humain. Bien avant le tapage médiatique concernant les bienfaits de l’hypnose et de la méditation auquel on assiste depuis quelques années maintenant, je me rappelle que très jeune déjà, j’explorais ces voies d’intériorisation consciente, guidée par des ouvrages orientalistes glanés dans des bibliothèques ici et là. Depuis lors, je n’ai eu de cesse d’explorer ces outils de connaissance de soi, sillonnant inlassablement les paysages intérieurs de la psyché humaine.

A présent, enrichie par toutes ces années d’exploration, je nourris le désir de partager ces approches au plus grand nombre, en espérant qu’elles puissent aider autrui autant qu’elles m’ont aidée sur mon chemin.

Sarah Bezençon

Contact

Accès au cabinet (situé à environ 3 minutes à pied de la gare de Lausanne) :

  • Par le métro M2,  arrêt « Gare » ou « Grancy » ; le cabinet se situe à environ 5 minutes.
  • Par le bus, soit le numéro 2, arrêt « Closelet », soit les numéros 1, 3, 5, 8, arrêt « Gare ».
  • Par le train, descendre sous gare et partir sur la gauche en longeant le Café du Simplon ; le cabinet est situé sur la ruelle en face quelques mètres plus loin.
  • En voiture, parkings à proximité : soit le parking de la Gare de Lausanne, soit celui de la Coop Grancy.

FLUX FACEBOOK

Avec nos pensées, nous créons le monde.🌍✨ ... Voir plusVoir moins

Avec nos pensées, nous créons le monde.🌍✨

 

Commenter sur Facebook

Et pas qu'aux enfants...!

Haha 🐶
Hihi
Charger plus